[contact-form][contact-field label=”Name” type=”name” required=”true” /][contact-field label=”Email” type=”email” required=”true” /][contact-field label=”Website” type=”url” /][contact-field label=”Message” type=”textarea” /][/contact-form]

Nous avions publié il y a quelques jours un article sur la gestion de la Société Nationale des Tabacs et Allumettes (SNTA) et son bradage par les pouvoirs publics au profit d’un fonds émirati ayant abouti à la création de la Société des Tabacs Algéro-Emiratie (STAEM) et depuis quelques mois de l’Union Tobacco Company (UTC) en charge de la commercialisation des produits de la STAEM.

Algeriepart a pu obtenir l’acte de constitution de l’UTC, détaillant ainsi le montage parachevant la création, le 27/07/2016, de cette entreprise qui obéit donc à la loi des 51/49.

Dans ce document que nous mettons à votre disposition, le notaire en charge de la création de la nouvelle entreprise a réuni les actionnaires, à savoir, d’une part les personnes morales résidentes :

La SNTA représentée par son PDG Mr AMARA Charaf-Eddine, enregistrée le 01 Avril 1990 à Alger au registre de commerce modifié le 26/07/2016 et la Sarl Azalea Investment, enregistrée et immatriculée au registre du commerce le 27/07/2016 à Alger dotée d’un capital de 100.000,00 DA, représentée par sa gérante Mme Yasmina ABDELMALEK.

Et d’autre part les personnes morales non résidentes constituées en Sarl suivant le droit de la zone franche de l’aéroport International de Sharjah :

Marina Investments FZC, Emerald Investments FZC, Bright Investments FZC, Amber Investments FZC et Sapphir Investments FZC, créées les 09 et 10/03/2016 à Sharjah aux émirats arabes unis et toutes représentées par Mr Joy George Abdo.

Selon nos informations ce montage, donnerait à la SNTA 49% des actions de l’entreprise ainsi créée alors que 2% reviendraient à la Sarl Azalea Investment gérée par Yasmina ABDELMALEK. Les Emiratis eux, détiendraient les 49% des actions restantes.

Au-delà du fait qu’il soit surprenant de voir une simple entreprise immatriculée au registre du commerce le jour même où elle rentre en association avec une entreprise publique dans un marché de plusieurs milliards de DA de chiffre d’affaire, cette démarche soulève bien d’autres questions.

Pourquoi avoir permis qu’une simple Sarl créée quelques jours avant la constitution de l’UTC, détienne 2% des actions au détriment de la SNTA qui aurait pu garder les 51% de parts effectives ?

Rappelons que dans le cadre de la création de la STAEM, la société Sofinance qui détenait 2% de parts avait cédé sa participation au fond Emirati qui s’est retrouvé actionnaire majoritaire…

Les personnes que nous avons pu approcher, pour nous enquérir des raisons de ce surprenant montage financier, nous ont assuré, sans qu’on puisse le vérifier, que la gérante de la Sarl Azalea Investment serait en fait l’épouse d’un Emirati !

Si tel est le cas, cela pourrait faire croire que les Emiratis auraient ainsi trouvé par là une astuce pour contourner la loi des 51/49 en faisant porter par une entreprise algérienne, gérée par l’épouse d’un émirati, les 2% des parts d’actions de l’UTC qui les transformeraient en actionnaires majoritaires au niveau du conseil d’administration…

Dans la copie du registre du commerce de la société par actions UTC, émis le 07/08/2016, et que nous avons pu obtenir, le capital de la société est établi à 4.500.000.000 DA.

La Sarl Azalea Investment fait ainsi une excellente affaire, puisqu’à travers cette opération elle aurait réussi à multiplier son apport de l’équivalent de 900 fois sa mise de départ…

Comment Mr ZIKARA, actuel Directeur Général des Impôts, qui était administrateur de la STAEM a-t-il pu accepter un tel montage qui va à l’encontre des intérêts de l’Algérie ?

Pourquoi l’Etat Algérien a-t-il accepté qu’une entreprise publique œuvrant dans une activité réglementée bénéficiaire, puisse faire l’objet d’une aussi grossière manœuvre ?

Aurons-nous un jour des réponses ?