Pour répondre aux prêcheurs de haine comme Naima Salhi, Algériepart s’est déplacé jusqu’en Egypte dans le but de démontrer que l’on peut être “arabe” et “musulman” sans nourrir aucune animosité envers son histoire ancestrale et son patrimoine millénaire. 

Depuis les Pyramides Gizeh, Algériepart vous parle de l’importance politique et économique de la préservation du patrimoine et de la fierté de l’appartenance à son passé tout en se protégeant des dangers des conflits identitaires fabriqués et attisés par des politiques inconscients et populistes. A voir et le débat est ouvert à tous nos lecteurs sur notre Page Facebook :