De sources sûres, Algeriepart a appris que le Groupe des services portuaires (Serport), aurait diligenté il y a quelques jours une enquête au niveau du port d’Oran en y dépêchant un commissaire au compte.

L’enquête porterait sur le solde tout compte de 5 syndicalistes employés par le Port d’Oran parmi lesquels figure un député FLN d’Oran….

Le commissaire au compte aurait découvert des anomalies dans le calcul de la prime de retraite comme l’avait déclaré Mr Tounsi Noureddine le 2/7/2017 lors d’une réception à Mr Hafiane, Directeur Général du Serport, puis à nouveau sur la chaine de Beur TV le 11/12/2017…

Selon nos sources, le montant de la prime de retraite de l’ex-PDG du port, retraité depuis Juin 2016, pourrait également être remise en cause.

Pour rappel, c’est ce même ex-PDG qui avait signé une convention bien controversée qui avait permis à ces six personnes d’encaisser leurs congés, déclarés non consommés, depuis 2008 !

Des déclarations restées sans suites, alors que le préjudice est de 3 millions de dinars pour chacune des personnes, ce qui constitue pour l’heure une perte d’un minimum de 15.000.000 de Dinars pour l’Entreprise Publique…

Il est surprenant qu’il y ait eu une ouverture d’enquête et la découverte d’irrégularités flagrantes, mais sans que personne ne songe à déposer plainte comme l’avait pourtant promis le premier responsable du Serprot lors de deux rencontres avec le lanceur d’alerte.

Le DG du Serport préfère négocier avec les syndicalistes afin de restituer l’argent pris de manière non réglementaire et illégale et tenter ainsi d’étouffer une nouvelle affaire…

Pour l’heure, seul un seul des retraités, Député et Président de la Fédération des Ports, aurait répondu favorablement à la restitution de la somme de 3 millions de Dinars.

Il est tout de même étrange que les différents responsables, et jusqu’au Ministre des Transports, n’aient pas opté pour une saisie de la justice….

Ainsi, après l’affaire des fausses factures, l’affaire des docks et l’affaire des pertes causées à l’OAIC, voilà une nouvelle affaire concernant les primes de départs en retraites qui vient à nouveau éclabousser le port d’Oran…

Comment se fait-il que le Directeur des Finances et Comptabilité du Port d’Oran ait pu laisser passer une telle erreur dans le calcul des primes de retraites ?

Est-on face à une simple erreur ou la tutelle devrait-elle expertiser et auditer cette entreprise dans sa gestion globale ?

Nous reviendrons dans nos prochaines éditions sur plus de détails dans les derniers rebondissements au niveau Port d’Oran.