C’est un nouveau décret qui vient résoudre un très gros problème pour les voyageurs algériens. Les douaniers n’ont plus le droit de retenir des voyageurs algériens sans aucun motif pour les contrôler systématiquement. Le Décret exécutif n° 18-64 du 26 Joumada El Oula 1439 correspondant au 13 février 2018 a fixé officiellement les modalités d’exercice du contrôle sélectif des voyageurs par l’administration des douanes. 

Publié au Journal Officiel du 14 février dernier, ce décret stipule clairement que “les voyageurs peuvent être contrôlés lors de l’accomplissement des formalités douanières à l’entrée ou à la sortie du territoire national, sur la base de l’analyse du risque établie à partir du système d’information des douanes”. Sans cette analyse, il n’est pas permis aux douaniers de contrôler un voyageur algérien.

Par ailleurs, ce nouveau décret précise que “le contrôle sélectif des voyageurs doit s’opérer
de manière à assurer :
— une transparence et une efficacité du contrôle douanier
des voyageurs ;
— une circulation fluide des voyageurs et de leurs moyens
de transport ;
— une utilisation rationnelle de la ressource humaine
affectée au contrôle des voyageurs”.

Les nouvelles règles sont donc très claires et précises. Il n’est plus question de tolérer l’anarchie provoquée au niveau de nos ports et aéroports par les contrôles excessifs effectués par les douaniers. “Dans ce cadre, il est tenu auprès de l’administration des
douanes une base de données des voyageurs contrevenant aux lois et règlements que l’administration des douanes est chargée d’appliquer”, précise enfin ce nouveau décret. Les Voyageurs algériens ont, dorénavant, des droits qu’ils se doivent de connaître et de faire-valoir lorsqu’ils quittent le territoire national ou reviennent dans leur pays natal.