Au mois de mai de cette année 2018, une importante et ambitieuse usine de montage des véhicules sera inaugurée à Saïda, l’une des wilayas les plus pauvres et isolées en Algérie. Ce projet sera porté par la SPA Suzuki Algérie. Il s’agit d’une nouvelle société créée par les japonais de Suzuki et l’homme d’affaires algérien, Mahieddine Tahkout. 

Cette nouvelle société a été créée dans le cadre de la loi 51/49 prévue par la réglementation algérienne, a appris Algériepart suite à ses investigations. Les japonais de Suzuki ont apporté un important financement pour développer leur projet. Et pour ce faire, ils ont tissé une alliance stratégique avec Mahieddine Tahkout dont le groupe Tahkout Manufacturing Company (TMC) gère depuis le 1er novembre 2016 l’usine de montage des véhicules Hyundai à Tiaret. En termes de capacité de production, il s’agit de la deuxième plus importante unité de production des véhicules neufs en Algérie avec Renault Algérie production dont l’usine est située à Oued Tlelat près d’Oran.

Avec la nouvelle usine de Suzuki, le groupe Tahkout prend une toute autre dimension et s’impose comme l’un des pionniers de l’industrie du montage des véhicules neufs. Au niveau de la future usine Suzuki à Saïda, le constructeur japonais fabriquera plusieurs pièces de rechange destinées à tous les fabricants présents en Algérie. Un investissement qui permettra d’améliorer la sous-traitance en Algérie laquelle demeure cruellement faible par rapport aux besoins du marché national.

La Suzuki Alto devra être la première voiture montée dans cette nouvelle usine de Saïda. Ce futur véhicule sera le moins cher du marché, a-t-on appris suite à nos investigations. Mais les ambitions des japonais de Suzuki ne s’arrêtent pas là et en misant sur l’industrie des pièces de rechange, les partenaires de Tahkout veulent s’imposer comme la plaque tournante de l’industrie mécanique algérienne.