Pour limiter l’impact négatif de la crise financière sur le budget du pays, l’Etat algérien continue de privilégier la limitation des importations. Et cette fois-ci, les autorités algériennes viennent d’interdire l’importation des biscuits et de plusieurs autres produits à partir de ce jeudi 1er mars. 

C’est le ministère du Commerce qui l’a annoncé officiellement : la position tarifaire concernée par le gel de la domiciliation bancaire porte sur les produits de la boulangerie, de la pâtisserie ou de la biscuiterie, même additionnés de cacao, hosties, cachets vides des types utilisés pour médicaments, pains à cacheter, pâtes séchées de farine, d’amidon ou de fécule en feuille et produits similaires.

Le pain croustillant dit “knackebrot”, pain d’épices enrobés de cacao ou de chocolat, pain d’épices glacés ou recouverts autrement de sucre et autres sont également concernés par cette interdiction. Ces produits importés rejoignent la liste des 850 produits étrangers interdits à l’importation depuis le début de cette année 2018. Cette décision radicale est justifiée par l’état des finances du pays qui ne peut plus se permettre de gaspiller ses devises en important tout et n’importe quoi à l’étranger.

Cette décision a suscité un vif débat parmi les experts en économie dont certains ont exprimé ouvertement leur scepticisme concernant les conséquences positives de ces décisions sur l’amélioration de la situation économique du pays.