Le récent rappel à l’ordre de la Banque d’Algérie a été confirmé encore une fois ce mercredi par le président de l’Association des banques et établissements financiers (ABEF), Boualem Djebbar. 

“Permettre au client de déposer, librement, son argent et de l’utiliser, à tout moment, librement, sans lui demander, aussi, ce qu’il va faire avec son argent. Je pense que c’est un élément qui pourrait capter et gagner la confiance du client”, a expliqué ce mercredi Boualem Djebbar sur les ondes de la Radio Chaîne III. Le président de l’ABEF a beaucoup insisté sur cette flexibilité en matière d’ouverture de compte, qu’il soit compte particulier ou compte courant entreprise. Une flexibilité qui “va permettre, à coup sûr, aux banques d’aller de l’avant et de capter le maximum d’argent”, a-t-il dit.

D’après le même haut responsable, pas moins de 2.700 milliards de DA, à savoir près de 27 milliards de dollars,  circulent hors banques et “appartiennent aux ménages qui préfèrent prendre leurs salaires entièrement pour le garder chez eux pour les besoins des transactions quotidiennes”.

Le meilleur moyen de capter cet argent, estime enfin Boualem Djebbar, c’est de développer les instruments d’épargne et de paiement, et “surtout de rassurer les gens et gagner leur confiance pour qu’ils puissent s’habituer et se familiariser à avoir leur argent en banque”.