Deux jours de discussion et toujours pas de décision. Les membres du conseil national du Cnapeste sont toujours réunis, toute la journée de mardi, à Bouemerdès, pour tenter de trouver une issue à la grève déclenchée depuis le 31 janvier dernier à l’échelle nationale et depuis plus de 3 mois à Blida et Béjaïa.

Selon des informations communiquées par plusieurs sources concordantes, les membres du Cnapeste sont, désormais, divisés en deux grands clans. L’un est favorable à la poursuite de la grève, tandis qu’une deuxième équipe, plus nombreuse apparemment, veut arrêter cette spirale. Mais les partisans de la grève sont plus « offensif » et plus déterminés, indique-t-on de sources sûres. Mais cela n’a pas permis de peser dans la balance.

La main tendue de la ministre de l’Education, Nouria Benghabrit, a fait douter les enseignants du CNAPESTE.  Cette option offre une porte de sortie aux grévistes en se montrant notamment clémente. “Sensible à la situation des enseignants et en droite ligne des orientations du président de la République sur le renforcement du dialogue et de la concertation avec l’ensemble des partenaires sociaux, le ministère de l’Education nationale confirme, encore une fois, que les portes sont   ouvertes pour tous les enseignants désireux de déposer un recours auprès des directions de l’éducation, et que toutes les mesures appropriées seront prises dans les plus brefs délais”, a indiqué la ministre sur sa page Facebook.

En attendant, il est possible qu’une décision soit prise durant la soirée de mardi à mercredi.

Saïd Sadia