« L’Algérie est l’un de nos plus importants partenaires commerciaux dans la région (…) Nous voulons renforcer nos relations sur les plans militaire, sécuritaire et culturels ». Avant de prendre l’avion pour atterrir à  Alger, le président Turc, Recep Tayyip Erdogan, a ainsi résumé le programme de sa visite algérienne.

Erdogan, qui devra arriver à Alger en début de soirée, devra avoir des entretiens avec le Premier ministre Ahmed Ouyahia. S’en suivront des rencontres protocolaires en attendant l’entame officielle de la visite qui aura lieu mardi matin. Avant d’être reçu par le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, le chef de l’Etat turc devra co-présider, avec Ahmed Ouyahia, le Forum d’affaires algéro-turc qui se déroulera à l’hôtel Sheraton d’Alger.

Avant cette rencontre, Erdogan devra s’adonner à une partie de chasse dans le domaine national de chasse de Zeralda. Avant de quitter l’Algérie, le chef de l’Etat turc devra se rendre au complexe de textiles de Relizane. C’est une usine créée en association entre des sociétés turques et algériennes.

Par contre, le chef de l’Etat turc ne visitera pas la mosquée Ketchaoua, située dans la basse Casbah d’Alger comme cela était prévu. Les drapeaux turcs, déployés tout au long du chemin qui mène vers l’édifice religieux, ont été retirés à la dernière minute ce lundi. Les responsables chargés d’organiser la cérémonie, au sein de la Mosquée Ketchaoua ont reçu l’infirmation, dimanche en fin de journée, que la visite était annulée ? Pourquoi ? Mystère !