Effarant ! Les Algériens ont acheté pour pas moins de 838 millions de dollars de produits alimentaires à l’étranger en seul mois, à savoir le mois de janvier 2018.  En effet, la facture d’importation des produits alimentaires a atteint les 838 millions de dollars en janvier 2018 contre 747 millions de dollars durant la même période de 2017, soit une hausse de 12,2%, détaille le Centre national de l’information et des statistiques des Douanes (Cnis).

Cette facture confirme l’incroyable dépendance de l’Algérie vis-à-vis de l’étranger pour se nourrir. Une dépendance contre laquelle le gouvernement algérien semble impuissant et désarmé. Et aucun dispositif restrictif ne semble avoir réussi à limiter cette facture très salée en devises.

Il faut noter qu’au cours du mois de janvier 2018, parmi les principaux produits alimentaires, la facture d’importation du sucre et sucreries a bondi à 114,6 millions de dollars contre 96 millions de dollars, en hausse de 19,46% entre les deux périodes de comparaison. Même tendance pour le lait et produits laitiers qui ont été importés pour 153,63 millions de dollars en janvier 2018 contre 145,23 millions de dollars en janvier 2017 (+5,8%).

Les importations des céréales, semoule et farine ont grimpé à 253,13 millions de dollars contre 240,61 millions de dollars (+5,2%). Le café  et thé ont également enregistré une hausse des importations qui se sont chiffrées à 29,52 millions de dollars contre 28,7 millions de dollars (+3%). A ce rythme, les réserves de change de l’Algérie seront uniquement dédiées au financement des produits alimentaires importés depuis l’étranger.

L’échec de l’agriculture algérienne est donc sans appel. N’en déplaise aux dirigeants algériens qui nous sortent des discours enthousiasmants dénués de tout fondement.