Les représentants des médecins résidents se sont réunis aujourd’hui avec le Ministre de la santé dans une entrevue de la dernière chance après plus de trois mois de grève.

 

La réunion s’est tenue en cet après-midi du 26/02/2018 au siège du Ministère de la Santé et de la Réforme Hospitalière en présence des représentants nationaux du  Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA), de Mr BENDIB, Mr BERDJOUANE et Mr BENCHRIK.

Selon le communiqué du collectif et les informations collectées au niveau du Ministère, les sujets abordés durant ces échanges sont ceux relatifs à la plateforme de revendication des médecins résidents restés en suspens.

Pour le service civil, la tutelle réaffirme qu’il n’y aura pas d’
abrogation du caractère obligatoire.

Quant à l’engagement d’affectation dans une structure publique pour les spécialités abrogées du service civil qui garantisse un poste de travail, l’accord doit être acté par écrit après étude.
Evoquant la prime d’installation, il semblerait que le Premier Ministre ait donné un accord de principe à la tutelle mais sans détailler la somme à percevoir.
La durée du service civil revient aux représentants des médecins résidents qui doivent revenir avec une contre proposition dans la fourchette de 1 à 4 ans, selon le Ministère de la Santé.

Pour ce qui est des restes des points soulevés dans les revendications des médecins résidents, la tutelle n’a pas répondu par la positive et continue de camper sur ses positions.

Concernant le service militaire : la tutelle s’est encore une fois désengagée de ce point, renvoyant les représentants des médecins résidents au Ministère de la Défense.
Notre source ministérielle nous a indiqué que la spécialité biologique à été discutée plutôt avec le représentant national du collectif.
De même pour la spécialité dentaire ou le représentant national du CAMRA a lui même présenté les doléances concernant cette spécialité.
Pour la question du Diplôme d’Etudes Médicales Spécialisées, la tutelle a brandi la menace d’un nouveau planning, exhortant les représentants des médecins résidents d’arrêter préalablement la grève pour pouvoir travailler dans la sérénité.
Les représentants des médecins résidents, de concert avec la tutelle, réaffirment tout de même que les portes du dialogue restent ouvertes et ce malgré l’impasse des négociations.