« La loi sur les hydrocarbures doit changer, on y travaille dessus, et bientôt on aura de bonnes nouvelles ». C’est avec ces mots que le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour a résumé les enjeux de la révision de la future loi sur les hydrocarbures. 

Depuis Londres où il participait à la Semaine internationale du pétrole (IP Week), le PDG de Sonatrach a expliqué que ce qu’il doit impérativement être revu dans cette loi pour attirer plus de partenariats étrangers « est l’aspect fiscal ». « Il doit être rééquilibré », préconise Abdeloumen Ould Kaddour en précisant que « des spécialistes s’attélent » sur cette question: « De nouvelles propositions sont en cours d’élaboration ».

S’agissant de la règle 49-51% régissant les investissements étrangers en Algérie dont certains appellent à sa suppression ou modification dans le cadre de cette révision de la loi sur les hydrocarbures, le PDG de Sonatrach a répondu qu’il ne pensait pas que cette règle soit une réelle entrave aux investissements étrangers.