Les étudiants algériens sont de plus en plus nombreux à tenter de partir en France. Rien qu’en septembre dernier, au moins 8600 étudiants algériens ont réussi à s’inscrire dans les universités françaises. Un chiffre qui risque d’augmenter dès l’année en cours.

Selon la directrice de Campus-France à l’ambassade de France à Alger, Herveline Brousse, qui s’est exprimé récemment dans plusieurs médias algériens, a révélé qu’au moins 8600 étudiants algériens ont réussi leur inscription dans des universités et instituts universitaires français. Cela représente un quart des 32000 jeunes algériens qui ont tenté de s’inscrire dans ces établissements.

Le chiffre va augmenter pour l’année en cours, selon les prévisions des responsables français. La preuve est qu’au moins 40 000 Algériens ont consulté la plate-forme numérique pour se renseigner sur les inscriptions dans les universités françaises.

Ces chiffres reflètent, en effet, les bousculades enregistrées la fin du mois d’octobre dernier devant l’institut français d’Alger. Des dizaines de milliers de jeunes Algériens étaient en effet venus passe le teste d’aptitude en langue française, un passage obligatoire pour demander un visa d’études. Une indescriptible bousculade a  marqué cet événement. Un fait qui a suscité la polémique dans le pays, puisque les responsables gouvernementaux ont été accusés d’être derrière cette situation à cause de leur comportement et gestion chaotique.

En nombre de doctorants, les Algériens arrivent, avec 1475 étudiants, en quatrième position en France derrière les Chinois (1961 inscrits), les Italiens (1776 étudiants) et les Tunisiens (1653).

Saïd Sadia