Une nouvelle polémique vient d’éclater au ministère de l’Energie à Alger. Et une fois encore, c’est la secrétaire générale de ce ministre, Fatma-Zohra Chorfi, qui vient de défrayer la chronique en organisant mardi une étrange longue réunion avec les responsable de la Holding Sonatrach Al Kimya Soalkim (SOALKIM), l’une des filiales les plus importantes du groupe Sonatrach, chargée de développer des activités industrielles dans la pétrochimie. 

Selon nos investigations, la SG du ministère de l’énergie a convoqué à la surprise générale plusieurs cadres de la SOALKIM sans informer au préalable la direction générale de Sonatrach. Ces cadres ont été retenus au ministère de l’énergie pour une réunion qui a duré depuis le matin jusqu’à 16 H de l’après-midi. A Sonatrach, cette activité n’était nullement inscrite dans l’agenda de ses cadres et aucun haut responsable de la compagnie nationale des hydrocarbures n’a été consulté par madame Fatma-Zohra Chorfi pour communiquer sur les raisons et le bien-fondé de cette réunion.

Le comportement de la Secrétaire générale du ministère de l’Energie a suscité une nouvelle fois le malaise au sein de Sonatrach dont les décideurs commencent à se plaindre de cette ingérence inexpliquée dans les affaires internes des filiales du groupe public. Selon nos sources, Fatma Zohra-Chorfi a profité du déplacement d’une délégation importante de la direction générale de Sonatrach au sud du pays pour convoquer cette étrange réunion, une manoeuvre à travers laquelle la SG du ministère de l’Energie veut uniquement démontrer son pouvoir largement contesté par ses propres cadres.

Fatma Zohra-Chorfi est en ce moment au coeur d’une vive controverse et son bilan a déplu au plus haut sommet de l’Etat. Selon nos informations, Ahmed Ouyahia est très mécontent des dysfonctionnements qui caractérisent la gestion du ministère de l’Energie. Et à la direction générale de Sonatrach, les rapports sont de plus en plus envenimés avec cette haut responsable qui empiète sur les plates-bandes des autres hauts cadres du secteur de l’énergie. Cette guéguerre d’ego et les caprices de cette haut responsable déstabilisent dangereusement le fonctionnement de l’un des ministères les plus stratégiques du gouvernement.