Malgré les assurances du gouvernement, le recours à l’endettement semble être inévitable. La suppression même partielle des subventions l’est tout autant. C’est en tout cas ce qui ressort de la toute dernière sortie du ministre des Finances, Abderrahmane Raouia.

«Le gouvernement ne s’attendait pas à avoir besoin d’emprunter de l’argent cette année, bien que l’emprunt ne puisse pas être exclu l’année prochaine», a déclaré, samedi, le ministre des Finances, Abderrahmane Raouia, face à des journalistes en marge d’une réunion des ministres arabes des finances et du Fonds monétaire international qui se tient à Dubaï, aux Emirats Arabes-Unis, rapporte l’agence Reuters.

De la même manière, le ministre des Finances a indiqué que « le gouvernement pourrait réduire les subventions de l’essence en 2019 et d’autres subventions en 2020 ». Il a, e revanche, refusé de préciser les subventions qui pourraient être réduites en 2020. Il s’est uniquement contenté d’insister sur la réforme du système des subventions.

Saïd Sadia