Confrontée à une double crise politique et économique, la Tunisie compte toujours sur l’Algérie. Malgré ses difficultés, Alger répond toujours présente surtout que les difficultés de Tunis se répercutent toujours sur la situation interne de notre pays.

Lors d’un déplacement en Tunisie jeudi pour célébrer les événements tragiques de Sakiet Sidi-Youcef, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia a annoncé que les zones frontalières tunisiennes vont être alimentées, vers la fin de l’année en cours, en gaz naturel algérien. “Le gaz algérien pourrait alimenter quatre région frontalières tunisiennes y compris Sakiet Sidi Youcef et cela pourrait avoir lieu vers fin 2018”, a indiqué le Premier ministre algérien lors d’une conférence de presse conjointe en compagnie de son homologue tunisien, Youcef Chahed.

En plus de l’autoroute Est-Ouest qui devra relier notre voisin de l’Est une fois les derniers tronçons achevés, les relations entre les deux pays ont pris leur envol ces derniers temps. L’Algérie approvisionne depuis longtemps la Tunisie en gaz butane et fournit une bonne partie de la consommation électrique de ce pays voisin. En quelques mois, les échanges entre les deux pays ont dépassé 2,5 milliards de dollars. Et cela ne semble pas sur le point de se terminer. Puisque les deux premiers ministres ont évoqué la possibilité de créer une zone franche à la frontière entre les deux pays.

Sur le plan sécuritaire, l’expérience algérienne dans la lutte contre le terrorisme a beaucoup profité à la Tunisie qui forme en Algérie une partie de ses policiers et militaires.

Saïd Sadia