Pour ne plus dépendre des fluctuations mondiales des prix du pétrole, l’Algérie mise plus que jamais sur son gaz. A la direction générale de Sonatrach, un objectif majeur a été fixé : faire de l’Algérie une véritable puissance gazière pour engranger de plus importantes revenues en devises. 

Et pour ce faire, il faut consentir à d’importants investissements qui visent à développer la capacité de nos champs gaziers. C’est dans ce contexte qu’un méga-projet est en cours de réalisation au niveau du champ de Hassi R’mel, le plus important champ gazier de l’Algérie. Ce champ représente 60% de la production totale de l’Algérie. Il produit entre 190 et 210 millions de mètres cubes par jour.

Or, ses installations ont besoin d’être modernisées pour maintenir et augmenter cette production. C’est pour cela qu’une station de Boosting est en train d’être mise en place à  Hassi R’Mel. Il s’agit de l’installation de compresseurs en vue de maintenir la pression du champ à un certain niveau et accompagner la déplétion naturelle du gisement.  “Il s’agit d’un méga-projet qui tourne autours de 2 milliards de dollars. C’est un investissement énorme que le pays fait et il faudrait qu’on le réalise dans les délais”, a expliqué à ce sujet le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour.

C’est une “installation très lourde” dans laquelle participent certaines entreprises nationales et le partenaire étranger JGC (japonais), a explique le même manager selon lequel “du point de vue réalisation, nous continuons à faire notre travail qui consiste à cibler des objectifs et à essayer de les réaliser dans les délais nécessaires”.

Signalons enfin que si ce projet est jugé stratégique, c’est pour la simple raison que ces installations devraient permettre de maintenir la production de gaz de 190 millions de mètres cubes par jour, soit plus de 60 milliards de mètres cubes par an. Ce nouveau projet doit être mis en ligne d’ici 2020.