Ce jeudi 08/02/2018 une réunion a eu lieu au siège du Ministère de l’Enseignement et de la Recherche scientifique à Alger en présence du Ministre Mr HADJAR, des doyens des facultés et du Président des doyens ainsi que les Présidents des différentes spécialités du Comité Pédagogique National de Spécialités (CPNS).

L’objet de la réunion était de savoir s’il y avait lieu de dégager un consensus concernant l’année blanche.

Un vote a eu lieu, les médecins résidents et la CAMRA sont déterminés et ont accepté le principe de sacrifier une année, pour que leurs droits soient reconnus. L’année blanche a été retenue à la majorité.

Rappelons qu’aucun texte ne régit l’année blanche et c’est à la tutelle de la décréter.

Le Ministre a demandé de temporiser avant de déclarer l’année blanche et pour cause.

Cette décision constituerait un drame pour le gouvernement en terme d’organisation d’abord, car il ne pourra y avoir de concours de résidanat en octobre et donc pas de promotion de spécialités.

Il sera par ailleurs nécessaire de gérer 2 promotions de résidents en première année l’année prochaine.

Comme il faudra également prendre en compte le fait que sans nouveaux spécialistes, il n’y aura pas de nouvelle promotion pour le service civil.

Mais cette décision signifierait également l’échec d’un système et d’une gestion inapte à s’adapter aux mutations et évolutions d’un environnement aussi sensible que celui de la santé.

Les décisions et résultats du vote définitif seront annoncés par les présidents des CPNS et les doyens vers le 15 février 2018.