En l’absence du président français, Emmanuel Macron qui devait faire le déplacement dans le cadre d’une visite d’Etat, une énorme délégation représentant le Medef, principale organisation patronale française, est à Alger depuis mardi. Les membres du Medef ont rencontré mercredi à Alger leurs homologues algériens du FCE. Ils ont également été reçus par le ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi et surtout par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia.

Première décision de cette visite : la création d’un « conseil d’affaires algéro-français ». Cette structure « impulsera des partenariats sectoriels ciblés entre entreprises algériennes et françaises (…) pour la création de filières technologiques et industrielles », a indiqué Ali Haddad, le président du FCE. « L’entreprise et l’entrepreneuriat doivent être au centre du renforcement des relations entre la France et l’Algérie », a, pour sa part, jugé Pierre Gattaz devant des patrons des deux pays.

A l’ouverture du forum d’affaires algéro-français, « nous sommes venus pour essayer de concrétiser trois actions importantes : valoriser les talents que nous partageons, renforcer le partenariat entre nos communautés d’affaires et donner la priorité à la jeunesse et à l’entreprenariat », a soutenu Pierre Gattaz, président du MEDEF. Il a qualifié la diaspora algérienne en France de « force, richesse et support » pour co-construire l’avenir des deux pays, et a appelé à « exploiter les grandes mutations que connait le monde comme la transformation énergétique, la révolution numérique et les évolutions migratoires pour relever en commun les défis en matière de croissance et d’emploi ».

Au cours de cette visite, des accords « concrets » vont être signés. Parmi lesquels un contrat portant sur l’installation par le français Suez de panneaux solaires pour des installations de Naftal.

Saïd Sadia