Après plusieurs semaines de combat et d’une lutte acharnée, la famille Achaibou, l’une des plus anciennes familles spécialisées dans la concession automobile en Algérie a obtenu un premier feu vert des autorités algériennes pour relancer ses projets dans le montage des véhicules. 

En effet, Algériepart a appris de plusieurs sources sûres que le ministère de l’Industrie a réhabilité le groupe Elsecom appartenant à la famille Achaibou. Preuve en est, ce groupe a obtenu un pré-agrément de la part du ministère de l’Industrie pour lancer une usine de montage des camions poids lourds avec le groupe indien Tata et sa filiale Daewoo trucks (poids lourds).

Ce projet consiste à implanter une usine de montage d’au moins 2000 camions en Algérie. Cette première autorisation permet à la famille Achaibou de bénéficier d’un pré-agrément qui lui permettra de présenter son dossier devant le Conseil National de l’Investissement (CNI).

Cette décision des autorités algériennes intervient suite à plusieurs tonitruantes sorties médiatiques d’Abderrahmane Achaibou, le président du groupe Elsecom, qui a dénoncé vigoureusement l’ancien ministre de l’Industrie, Abdesslam Bouchouareb, qu’il accuse d’avoir orchestré la mise à mort de son groupe pour la simple raison que la famille Achaibou avait refusé de payer un pot-de-vin en contrepartie des autorisations nécessaires aux lancements d’une usine de montage des véhicules neufs.