Dans sa quête d’interdire à tous les militants du FLN d’aborder publiquement le sujet du 5ème mandat présidentiel, Djamel Ould-Abbès est prêt à aller jusqu’à l’affrontement. Le secrétaire général du FLN a tenu, ce mardi, une conférence de presse pour notamment tancer publiquement le député Bahaeddine Tliba, traduit en commission de discipline. « Celui qui parlera du 5ème mandat aura désormais affaire à moi », a-t-il menacé.

Devant les journalistes présents, le secrétaire général du FLN a exhibé les réponses, une à une, des personnalités citées par le député de Annaba comme faisant partie d’un comité de préparation du 5ème mandat. « Ce qu’on a appelé coordination c’est du vent. Des noms ont été mis sur la liste. Mais Sellal a apporté un démenti clair. Belkhadam a envoyé un démenti écrit à Echourouk. Rahiel (ancien ministre chef de cabinet de Abdelmalek Sellal) est dans la salle, Abdelkader Ouali, ancien wali et ancien ministre aussi (…). Grine est celui qui a écrit le démenti », a détaillé Djamel Ould-Abbès, visiblement en colère contre Tliba. «Celui qui a lancé l’initiative, nous l’avions prévenu. Et moi, je l’avais prévenu. Je lui ai dit « si tu as quelque chose de personnelle, laisse le FLN de côté et va travailler », a-t-il encore indiqué.

Selon l’orateur, le dernier mot de partir ou pas pour un 5ème mandat relève des prérogatives du seul chef de l’Etat. «Le chef de l’État est le président du FLN. Le premier et dernier mot lui revient. Quand il nous informera, on vous transmettra. On ne rentre pas dans ses prérogatives. Donc j’ai décidé de le faire passer (Tliba) devant la commission de discipline», a régi le responsable politique.

Le député de Annaba, Bahaedine Tliba a lancé l’idée de créer une commission pour le soutien d’un 5èmemandat présidentiel. Il a cité certaines personnalités comme faisant partie du groupe. Certains hommes politiques ont publiquement démenti ces assertions.

Saïd Sadia