Qui dirige réellement le ministère de l’Energie ? Le ministre Mustapha Guitouni ou le colonel Mourad K. ? C’est la question qui alimente aujourd’hui un énorme malaise au niveau de ce département ministériel stratégique. Simple chargé de sécurité, ce colonel qui prétend faire partie des services de renseignement est à l’origine de plusieurs blocages que veulent dénoncer plusieurs cadres du département de Mustapha Guitouni. 

Selon nos investigations, ces cadres cherchent à se regrouper autour d’un collectif pour saisir les hautes autorités du pays et le Premier-ministre, Ahmed Ouyahia. Les agissements suspects du colonel Mourad K. soulèvent l’indignation des autres directeurs de ce ministère noyé depuis plusieurs semaines dans une inquiétante crise de dysfonctionnement.

Le colonel Mourad K. est allé jusqu’à empêcher plusieurs sociétés de se rapprocher des services du ministère de l’Energie prétextant une soi-disant enquête sécuritaire qu’il a la charge de superviser. Et pourtant, aucune réglementation en vigueur dans notre pays n’autorise un simple officier chargé de la sécurité interne du siège d’un département ministériel de s’interposer entre des opérateurs économiques et les services d’une institution publique.

Plusieurs sources concordantes nous assurent que les représentants de nombreuses entreprises algériennes ou étrangères ont été refoulées à la réception du ministère de l’Energie par la décision du fameux colonel. Une dérive inouïe qui intervient au moment où plusieurs sociétés sont bloquées en raison des retards constatés dans la délivrance de plusieurs autorisations administratives. 

Au ministère de l’Energie, les langues commencent à se délier et le ministre Mustapha Guitouni devra réagir rapidement afin de répondre à ces dépassements jugés excessifs à bien des égards.