Il incarne par définition l’influence suspecte de l’argent sur la politique. Abdelmalek Sahraoui n’est pas encore un personnage aussi célèbre que les autres oligarques algériens qui occupent les devants de la scène.  Le parcours de ce député FLN, élu de la wilaya de Mascara, sorti grand vainqueur des dernières élections législatives de mai 2017, soulève, pourtant, de nombreuses interrogations. Et sa fortune si considérable laisse entrevoir d’inquiétantes zones d’ombre.

En effet, le très discret et mystérieux Abdelmalek Sahraoui est entré au parlement, jouissant ainsi de l’immunité parlementaire, au moment où plusieurs affaires judiciaires ont éclaté dans les divers tribunaux du pays. Des affaires où il est cité nommément pour avoir hypothéqué plusieurs assiettes foncières afin de bénéficier des crédits bancaires aux montants très conséquents. Mais comme la justice algérienne n’a pas encore tranché définitivement dans ces affaires, il demeure difficile de situer le niveau de responsabilité de ce “chevalier” du FLN à Mascara.

Un chevalier assis chaque jour sur un véritable trône en or. Et pour cause, le député Abdelmalek Sahraoui possède près de… 60 entreprises réparties à travers le territoire national ! Un nombre incroyable et étonnant qui fait de lui l’un des hommes les plus riches d’Algérie même s’il demeure entièrement méconnu auprès de la majorité des Algériens.

Petroser est, sans doute, la marque la plus connue et prestigieuse de l’empire d’Abdelmalek Sahraoui. En Algérie, Petroser est la seule société algérienne privée spécialisée dans la commercialisation des produits pétroliers et dérivés (carburants, lubrifiants, bitumes). La société d’Abdemalek Sahraoui est dotée d’une plateforme de distribution développée dont plusieurs stations-service à travers le pays notamment en Oranie. Le député de Mascara caresse depuis des années une énorme ambition : devenir le seigneur des stations-service dans l’ombre de NAFTAL, la société nationale. Il est le seul opérateur privé dans ce créneau très juteux et vierge dans un pays où la consommation du carburant est en croissance continue.

Plusieurs observateurs imputent cette réussite à son amitié avec Daho Ould-Kablia, l’ancien ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales entre 2010 et 2013.

Daho Ould-Kablia est un poids lourd de la scène politique algérienne. Selon nos investigations, les coups de pouce successifs de l’ancien haut responsable politique ont permis l’irruption surprenante d’Abdelmalek Sahraoui lequel a rejoint récemment le club très fermé des propriétaires de jets privés en Algérie avec son Hawker 400 qui lui a coûté plus de 4 millions de dollars.

Mais Abdelmalek Sahraoui ne se contente pas uniquement de Petroser et de son jet privé. Il collectionne des dizaines d’entreprises dont certaines ne développent que très peu d’activités. D’autres font beaucoup de chiffres et engrangent d’immenses revenus comme la SPA SSK, spécialisée dans la fabrication de divers produits de la chimie minérale, ou la SPA IRRHYDO Ouest, spécialisée dans l’importation de produits phytosanitaires.

Certaines de ses entreprises sont dotées d’un capital qui dépasse les 150 milliards de centimes comme la SPA HSPC Algérie, spécialisée dans le commerce de gros de matériels hydrauliques destinés à l’agriculture.

Justement, l’agriculture est l’autre passion d’Abdelmalek Sahraoui. Un secteur dans lequel il a lancé de nombreuses entreprises à l’image de la SPA SACAGRI, spécialisée dans le commerce de gros des légumes. L’heureux député possède également des centaines d’hectares à El-Bayadh où il cultive les oliviers et d’autres cultures des arbres fruitiers. Le seigneur des stations-service veut s’imposer comme le seigneur des affaires tout court. Mais la gestion peu transparente et opaque de toutes ses entreprises risque fortement de lui gâcher son rêve. Algériepart reviendra sur les affaires de cet oligarque très discret avec de nouvelles révélations dans ses prochaines enquêtes.