Des toutes les personnalités de l’opposition, Sofiane Djilali, président de Jil Jadid est le seul qui paraît avoir, pour l’instant, des propositions concrètes. Il est déterminé à s’opposer, avec tous les moyens, à un éventuel 5ème mandat de l’actuel chef de l’Etat. Il a estimé, lors d’une conférence de presse animée samedi à Alger, que « si les tenant du pouvoir maintiennent leur décision d’imposer le 5ème mandat en faveur de l’absent, nous allons appeler au boycott de la présidentielle et nous mèneront des actions de rue contre cette option ».

Le chef du parti ne se limite pas à cela. Il rappelle que la Constitution limite le nombre de mandats présidentiels à deux. « L’article 102 de la Constitution précise que le président de la république est rééligible une seule fois. Parler du cinquième mandat est une violation de plus des textes du pays, même s’ils ne sont jamais respectés », lance-t-il, rappelant que le chef de l’Etat «est incapable d’assumer ses missions, même celle concernant l’agrément des ambassadeurs étrangers en Algérie», a-t-il accusé tout en rappelant que le chef de l’Etat est incapable d’assumer ses fonctions. Abdelaziz Bouteflika « est incapable d’assumer ses missions, même celle concernant l’agrément des ambassadeurs étrangers en Algérie», a-t-il dit. Il s’étonne, d’ailleurs, qu’on puisse « admettre l’idée d’un 5ème mandat » pour l’actuel président.

L’homme réitère son appel pour une candidature unique de l’opposition afin de s’opposer à l’actuel chef de l’Etat. « L’Algérie a besoin d’un homme bien portant physiquement et non pas d’un cadre sur un trépied », a-t-il dit dans ce sens.

Saïd Sadia