On le voit partout. Il est sur tous les fronts. Diplomate chevronné, connaisseur averti des complexités du régime algérien, Xavier Driencourt, l’Ambassadeur de France en Algérie, a  totalement changé la notion de diplomatie stratégique dans notre pays. 

Il n’est pas seulement actif et dynamique, c’est aussi un excellent lobbyiste. Depuis son retour à Alger en juillet 2017, Xavier Driencourt a su, de belle manière, relancer la France sur la scène algérienne.

Sous sa conduite, presque tous les projets français bloqués ces dernières années ont été relancés. Peugeot en est l’exemple parfait. La route fut longtemps barrée à l’usine de montage des véhicules de ce fabricant français. Xavier Driencourt a pesé de tout son poids pour relancer les négociations et débloquer la situation afin de permettre à Peugeot de rejoindre Renault dans le très juteux marché algérien de l’automobile. Une arrivée qui risque de renforcer la mainmise du ”made in France” sur le marché algérien.

Face à la puissance de la Chine, la force de frappe du diplomate réside dans ses multiples réseaux dans notre pays qu’il met au service des intérêts communs des deux Etats.

Total signe son retour en Algérie et tourne la page de ses conflits avec Sonatrach, Schneider Electric et Alstom étalent encore un peu plus leurs racines, Société Générale, BNP et les autres banques françaises écrasent la concurrence, le constat est sans appel : sous l’égide de Xavier Driencourt, la puissance de la France en Algérie a été de nouveau réhabilitée.

Le diplomate français sort son pays d’une véritable descente en enfer en Algérie. Il y a encore quelques mois, la France perdait des parts de marché, son prestige s’étiolait et son influence diminuait. Aujourd’hui, le très délicat dossier du visa a été géré sans faire trop de dégâts  et les grands projets sont relancés dans différents secteurs. Enseignement supérieur, formation, investissement.

Indéniablement, la France s’est replacée en Algérie.

Au moment où la Chine peine à obtenir d’Alger l’autorisation pour ouvrir un simple centre culturel, le fameux Institut Confucius, la France arrivé a déployer ses centres culturels à travers toute l’Algérie. Une caravane culturelle d’enseignement de la langue et de transmission de la culture française va même  bientôt sillonner certaines wilayas du pays. Le point de départ a été très récemment donné à partir de la wilaya de Tlemcen.

Qui a dit que la France était en recul en Algérie ? Ce n’est certainement pas Son Excellence Xavier Driencourt.