En pleine crise des médecins résidents, le ministre de la Santé Mokhtar Hasbellaoui s’est rendu jusqu’à Cuba pour signer un accord qui risque faire jaser à Alger. En effet, l’agence officielle cubaine Prensa Latina a révélé ce mercredi matin que le ministre algérien a conduit une délégation importante à La Havane pour signer un accord stratégique à travers lequel Cuba s’est engagée à envoyer plus de médecins vers l’Algérie.

En contrepartie, l’Algérie va fournir à Cuba pas moins de  2.1 millions de barils de pétrole en 2018, a confirmé un haut responsable de Sonatrach à l’agence Reuters. Pour les autorités cubaines, “cet engagement est l’un des plus significatifs entre les deux pays ces dernières années”. Pétrole contre médecins, le marché conclu par l’Algérie semble obéir à des considérations politiques internes qui s’expliquent par la “rébellion” des jeunes médecins résidents en grève depuis plusieurs longues semaines.

Ces derniers refusent de plier et beaucoup d’entre-eux continuent à quitter le pays pour chercher de la considération sous des cieux plus cléments. Il est à souligner enfin que les médecins cubains sont présents dans 62 pays du monde. Ils constituent pour l’île communiste la première source de devises, devant le tourisme ! Cette activité a généré des recettes estimées à plus de 11 milliards de dollars en moyenne par an entre 2011 et 2015.

Rappelons enfin que le 23 mai 1963, la première mission médicale d’aide cubaine aux pays sous-développés s’envolait pour l’Algérie. Il y a donc 50 ans, 56 médecins firent partie de ce premier contingent internationaliste, inaugurant ainsi une ère de coopération exceptionnelle entre l’Algérie et Cuba.