C’est une annonce importante et stratégique. Depuis Houston où se tient la deuxième édition du forum algéro-américain sur l’énergie, le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a reconnu que la compagnie nationale des hydrocarbures va se lancer prochainement dans le gaz de schiste et l’offshore, à savoir l’exploitation des gisements pétroliers et gaziers situés au large des côtes. 

Le gaz de schiste constitue l’une des axes majeurs de la stratégie de gestion de Sonatrach à l’horizon 2030.

La vice-secrétaire d’Etat adjoint, Sandra Oudkirk, a reconnu, par ailleurs, que les Etats-Unis s’intéressaient au développement des énergies non conventionnelles en Algérie. Cette dirigeante américaine a tenté de convaincre ses interlocuteurs algériens de l’impact positif de l’exploitation du gaz de schiste sur la sécurité énergétique des pays.

Sandra Oudkirk a cité le cas de son pays, les Etats-Unis, devenus en l’espace de quinze années un exportateur net de gaz grâce à l’exploitation de ces ressources non conventionnelles. Le développement de ces projets ont  » permis de changer le paysage énergétique des Etats-Unis « , a-t-elle dit.

Pour rassurer les partenaires américains, le PDG de Sonatrach a fait savoir enfin qu’un ambitieux plan d’investissement de 56 milliards de dollars sur cinq ans sera dévoilé dans les trois prochaines semaines. « C’est une annonce importante pour les partenaires qui souhaitent investir en Algérie », a-t-il indiqué devant un parterre de représentants de compagnies américaines qui prennent part à ce forum.