Un dérapage inquiétant et dangereux. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali, a fait des déclarations irrespectueuses et indélicates en pleine réunion avec les représentants de 37 fédérations sportives nationales. Une réunion qui a été organisée le jeudi 18 janvier dernier au siège du ministère de la Jeunesse et des Sports. 

Alors que l’un des responsables des fédérations sportives nationales a fait part de ses préoccupation au sujet des conséquences néfastes sur l’image de notre pays en raison des dysfonctionnements de l’organisation des Jeux Africains de Jeunesse prévus à Alger en juillet 2018, El Hadi Ould Ali a poussé un coup de colère qui a choqué toute l’assistance. “Je m’en fous de l’image de l’Algérie !”, a-t-il dit en apostrophant un représentant d’une fédération sportive. Une fédération contre laquelle le ministre ressent une rancune particulière.

Et pour cause, les représentants de cette fédération n’ont pas voulu signer  la lettre rédigée par une quarantaine de présidents de fédération qui ont contesté la réélection haut la main de Mustapha Berraf pour un nouveau mandat à la tête du Comité Olympique Algérien (COA) lors de l’Assemblée générale élective (AGE) tenue le 27 mai dernier.

Et comme une guerre ouverte et déclarée oppose El Hadi Ould Ali à Mustapha Berraf, le ministre des Sports confond la politique partisane et les intérêts personnels avec ses fonctions de ministre. Preuve en est, ce dérapage commis en pleine réunion au siège de son ministère. C’est la première fois qu’un ministre du gouvernement déclare ouvertement qu’il ne se préoccupe guère de l’image de notre pays.

Des propos condamnables et inacceptables de la part d’un ministre en fonction. Cet accès de colère s’explique, selon nos sources, par la ferme volonté d’El Hadi Ould Ali d’écarter du comité d’organisation des Jeux Africains de la Jeunesse toutes les personnes considérées comme “amies” avec Mustapha Berraf, le soi-disant ennemi juré du ministère des Sports.

Pour rappel, dans une de ses sorties, le ministre des Sports et de la Jeunesse a invité Mustapha Berraf à “faire preuve de sagesse et à plier bagage pour éviter au sport national cette situation de blocage qui l’expose à un avenir incertain”.

Et pourtant, le patron du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach avait validé l’élection de Berraf en appelant les acteurs du sport national au “calme”, à la “sérénité” et à restaurer un climat “de confiance et de respect mutuel dans le seul intérêt du sport et des athlètes algériens, conformément à la Charte olympique”.

Cet appel au calme n’a pas été entendu à Alger. Et El Hadi Ould Ali est prêt à compromettre la bonne organisation des Jeux Africains de la Jeunesse pour gagner sa guerre contre Mustapha Berraf.

Rappelons enfin que les 3es Jeux africains de la jeunesse sont prévus à Alger du 19 au 28 juillet 2018 et doivent regrouper pas moins de  24 disciplines sportives. Jusqu’à maintenant, selon nos investigations, un énorme retard est à déplorer au niveau des préparatifs pour accueillir cette compétition. Toute la réputation de l’Algérie risque d’en pâtir.