La grève déclenchée lundi matin par le personnel navigant non-commercial de Air Algérie n’a duré que près de seize heures.

Lesgrévistes ont repris du travail en fin de journée, en conformité avec la décision du tribunal de Dar El-Beïda qui a déclaré la grève « illégale ». Selon un communiqué de Air Algérie, repris par la télévision publique, « le personnel navigant commercial » de la compagnie a « repris du service » en début de soirée. Les grévistes ont notamment répondu favorablement à la décision de la justice qui a déclaré la grève « illégale », ajoute le communiqué de Air Algérie.

Tôt ce matin de lundi, les voyageurs, qui devaient se déplacer à bord des avions d’Air Algérie ont été surpris de constater que leurs vols ont été systématiquement annulés. Les stewards et hôtesses ont en effet mis à exécution leur menace de tenir une grève suite à la non-application, par la direction, d’un protocole d’accord signé entre les deux parties en juillet de l’an passé. Le document porte notamment sur une nouvelle grille des salaires.

La direction de Air Algérie a très tôt dénoncé cette grève « sauvage » et « illégale ». L’administration de l’entreprise met notamment en cause le fait que les syndicalistes n’ont pas procédé par un « préavis de grève » comme le stipule la loi. Les grévistes, eux, ont indiqué avoir menacé plusieurs fois de recourir à la grève. Sans succès.

Saïd Sadia