Après la politique les affaires. Si Amar Saâdani, l’ancien secrétaire général du FLN, a disparu de la scène politique et des sphères décisionnelles, sa famille continue de prospérer dans le business. Preuve en est, son fils Adel a obtenu deux importantes concessions au niveau du port de Mostaganem, l’un des ports les plus stratégiques du pays. 

Le fils de l’ancien patron du FLN a bénéficié d’une première concession, un terrain de près d’un hectare, qui abrite des silos de bitume, a-t-on appris suite à nos investigations. La deuxième concession est un terrain nu qui s’étend également sur un hectare. Le fils d’Amar Saâdani a obtenu ces deux terrains au cours du premier semestre de 2017. Or, jusqu’à aujourd’hui, ces deux concessions demeurent à l’abandon et n’ont pas été exploitées pour le moindre projet industriel. Et pourtant, l’un des deux terrains accordés par les autorités publiques au fils d’Amar Saâdani intéressait des investisseurs qataris.

D’autres investisseurs privés nationaux ont également manifesté leur intérêt pour implanter des projets sur ces deux terrains. Malheureusement, aucune instance officielle n’a pris en considération les motivations de ces investisseurs dont certains ont présenté des projets très rentables et créateurs d’emplois. Les autorités ont préféré “offrir” ces deux concessions au fils de l’ancien patron du FLN en se basant sur des critères suspects et dans des conditions troublantes. Au moment où des investisseurs cherchent désespérément des assiettes foncières situées tout près des installations portuaires, nos autorités octroient des privilèges aux enfants de notre nomenklatura qui n’ont aucune expérience dans l’industrie. Algériepart reviendra sur ce sujet avec une enquête plus approfondie.