Le retour de Chakib Khelil aux commandes n’est pas du tout une éventualité qui a été envisagée par le Président Abdelaziz Bouteflika et ses conseillers, a-t-on appris ce dimanche de sources très proches de l’entourage du Palais d’El-Mouradia. 

Les récentes sorties médiatiques menées par Chakib Khelil à l’encontre d’Ahmed Ouyahia ne sont que des “gesticulations” qui n’ont jamais été validées par la Présidence de la République, assurent nos sources selon lesquelles Chakib Khelil a fait uniquement “cavalier seul” dans son offensive politique menée contre Ahmed Ouyahia. “Aucun responsable de l’entourage du Président ne lui a demandé de torpiller Ouyahia comme le laisser croire une certaine presse”, confie à Algériepart une personnalité très influente au sein du sérail.

Par ailleurs, nos sources certifient que ni Saïd Bouteflika ni son frère le Chef de l’Etat n’ont échafaudé un plan pour imposer la réintégration au gouvernement de Chakib Khelil. Il s’agit, pour l’heure, que de pures spéculations. Ces révélations démentent la thèse selon laquelle une guerre de clans déchirent en ce moment les diverses composantes du pouvoir algérien. Et les agitation de Chakib Khelil ne risquent pas d’avoir le moindre impact sur les décisions de la Présidence de la République. Du moins pour le moment.