Une étude réalisée par une revue scientifique médicale britannique fait froid dans le dos. En effet, The Lancet, une publication médicale qui remonte jusqu’à 1823,  a mené une enquête sur les interventions chirurgicales réalisées dans un ensemble de 25 pays africains dont fait partie l’Algérie. 

Et les résultats de cette étude approfondie démontré que l’Algérie est classée parmi les pays où  les patients encouraient deux fois plus de risques liés à la réalisation d’un acte chirurgical que dans le reste du monde. Un constat amer qui met l’accent sur de nombreuses défaillances à la fois matérielles et humaines dont souffre notre système de santé national.

En Algérie, comme au Cameroun, Egypte, Ghana, Kenya ou le Nigeria, on enregistre une moyenne globale de 18% de complications postopératoires (1977 patients sur un total de 10885 patients). Par ailleurs, parmi 1970 patients ayant eu une complication postopératoire, 188 patients sont décédés, avec un taux de 9%, note l’enquête réalisée par la publication scientifique britannique.

La même enquête a prouvé également que ces complications sont liées à un séjour prolongé en milieu hospitalier. Ce qui établit enfin une relation directe entre la détérioration ainsi que le délabrement de nos hôpitaux et la propagation de certaines maladies. Les autorités algériennes devraient prendre en charge les résultats de cette enquête pour améliorer en urgence la prise en charge médicale de nos concitoyens.