Les participants à la rencontre-salon dédiée à la transition énergétique ont eu la double surprise de ne pas compter parmi les invités le Premier ministre, Ahmed Ouyahia.

Mais la « déception » est vite passée et le FCE a pu se faire une raison : le chef de l’Etat a parrainé l’èvènement. La cérémonie a commencé la matinée en présence de certains ministres du gouvernement. Et en l’absence du Premier ministre, c’est Mustapha Guitouni, ministre de l’Energie, Abdelmadjid Sidi-Saïd, secrétaire général de l’UGTA et Ali Haddad, président du FCE ont coupé le cordon.

Jusque-là, tout est « normal ». Mais la seconde surprise ne tardera pas à arriver. Mustapha Guitouni a prononcé un discours, présenté comme étant celui du chef de l’Etat. Mais à peine le discours achevé, l’assistance apprend que l’adresse n’est pas celle de Abdelaziz Bouteflika. Même l’agence APS a dû revoir sa copie. Après avoir évoqué la lecture d’un message du président de la République, l’APS le transforme en discours du ministre de l’Energie. Les chaînes de télévision privées, qui ont commencé à donner des extraits du discours en flash, ont également reçu des appels téléphoniques leur demandant d’annuler la diffusion du message. Pourquoi ? Personne n’a été capable de répondre à la question.

Tout le monde s’est mis d’accord sur le fait que le ministre de l’Energie ne pouvait énoncer un discours du chef de l’Etat sans la consultation des services de la présidence de la République. La présidence a-t-elle voulu se démarquer des représentants du patronat ? Difficile à le dire.