Après la SNVI de Rouiba, la direction des industries militaires de l’ANP a décidé d’élargir son champ d’intervention.

Des informations concordantes, émanant notamment de syndicalistes, indiquent que le ministère de la Défense nationale récupérera également l’entreprise des Aciéries d’El-Hadjar, à Annaba.

Le mastodonte industriel, qui fabrique notamment de l’acier, vit en effet dans de graves problèmes financiers.

Depuis sa reprise par ArcelorMittal, puis sa récupération par le gouvernement algérien, l’usine d’El-Hadjar, qui emploi toujours près de 6000 salariés, se débat dans d’interminables problèmes de gestion.

Les grèves cycliques que tiennent régulièrement les employés finissent d’achever le peu qui reste de ce fleuron de l’industrie algérienne.

La récupération de cette usine par l’armée finira-t-elle par lui redorer son blason ?