Ce n’est pas un hasard si le jeune Mohammed, arrivé en France à l’âge de sept ans, se soit tourné vers la politique.

Itinéraire naturel pour celui qui a grandi dans l’univers de deux révolutionnaires lui ayant inculqué les valeurs de mémoire et de respect, dus à ceux qui se sont sacrifiés pour la dignité des leurs.

Le père de Mohammed, Tayeb MEKID est un ancien maquisard de l’ALN dans la Wilaya 4, après l’indépendance il est devenu industriel à Alger-Centre (meubles Industrie Mekid). Sa mère, Leuldja AOUDIA, était infirmière et moudjahida de l’ALN au sein de la Fédération de France (Wilaya 7), puis présidente de l’Union des femmes algériennes, de 1962 à 1964, à Tizi-Ouzou.

Son militantisme précoce l’a ainsi guidé vers le FLN à Paris, où il est estimé par les jeunes et anciens adhérents du parti pour son dynamisme et sa détermination.

L’atout majeur de Mohammed est incontestablement sa grande capacité d’écoute et son esprit de synthèse. C’est ce qui lui permet de côtoyer avec une grande aisance toutes les composantes de notre communauté en France, mais également en Algérie.

Le FLN de France lui a permis de s’affirmer et de prendre conscience de la portée de l’action politique au sein du Parti.

Lors de son dernier séjour en Algérie au mois de Novembre 2017, il aurait pu se contenter du succès populaire ayant entouré ses sorties sur le terrain, à la rencontre des militants FLN de la Casbah d’Alger, de Boufarik ou de Tizi Ouzou.

Mais pour lui  »le culte de la personnalité’’ n’est pas le but suprême, améliorer le quotidien des siens est ce qui lui tient vraiment à cœur.

La sauvegarde de L’Algérie avant tout pour reprendre une phrase qu’il apprécie tant.

Reprendre les valeurs léguées par les illustres combattants de la guerre de révolution lui a montré la voie de son action.

Il créé alors l’Association Culturelle Témoignage & Mémoire « La Fédération De France du FLN » pour perpétuer la mémoire de cette révolution qui a inspiré tant de peuples, en faisant témoigner les moudjahidines et en s’attelant à la recherche d’archives.

Sa page Facebook, dont le succès est étroitement lié à son volontarisme auprès de la jeunesse algérienne en France, ne laisse pas indifférent.

Les demandes d’adhésion qu’il reçoit quotidiennement ne déclinent plus.

Surtout depuis la commémoration du 17 octobre 2017 à Paris, où on a pu le voir, accompagné du nouvel Ambassadeur d’Algérie en France et La Maire De Paris Anne Hidalgo.

Mohammed MEKID se donne pour mission de redynamiser le militantisme politique de notre jeunesse en France et d’y insuffler les valeurs originelles adaptés à un discours contemporain.

‘’Il reprend le flambeau avec une nouvelle énergie et en dehors de toute arrière-pensée’’ nous dira un adhérent à l’Association Culturelle Témoignage & Mémoire que nous avons rencontré.

Nous pensons pour notre part que la tâche n’est pas facile mais elle reste possible, Le FLN en France aura besoin d’innovation, de crédibilité et de beaucoup d’innovation.

Aussi, Mohammed n’a pas hésité à se rendre sur le plateau de l’Emission Impossible de Beur TV ou il a eu à affronter des journalistes souvent offensifs, mais il a su défendre sa famille politique et exprimer, sans langue de bois, ce qu’il pensait des sujets d’actualités soulevés.

Voir notre jeunesse reprendre le flambeau des acquis de la révolution et lui insuffler un nouveau départ est assez rare pour ne pas le souligner.

Nous avons pu avoir un rapide entretien avec Mr MEKID et lui avons demandé comment il voyait l’évolution de son action à court et moyen terme en France ?

 »A court terme, je dois communiquer pour faire connaître mon association, afin de me permettre de recueillir des témoignages et de transmettre notre mémoire’’

A notre question de savoir ce que l’association avait comme événements à préparer, Mohammed MEKID a répondu :

 »Le dimanche 18 Mars à Paris, nous allons Commémorer le cesser le feu du 19 mars 1962. Nous invitons la communauté Algérienne à participer à cet événement. Pour cela il suffira de nous contacter sur le site « federationdefrance.fr’’   »L’événement sera accompagné chants révolutionnaires et avec la présence de moudjahidines, d’historiens ainsi que des adhérents de l’association’’

Enfin le mot de la Fin ?

 »DIDOUCHE MOURAD avait déclaré « SI NOUS VENONS A MOURIR DÉFENDEZ NOS MÉMOIRES » Je suis persuadé que les Algériens en France s’engageront à la défendre, parce que les algériens, ou qu’ils soient, sont patriotes !’’

Souhaitons lui bonne route et bonne chance dans sa mission.