Après les annonces, les faits. Après les décisions annoncées lors du dernier Conseil des ministres concernant la promotion de la langue amazighe, le gouvernement est passé aux actes. Ahmed Ouyahia a réuni, lundi dans l’après-midi, une réunion interministérielle consacrée à la généralisation de l’enseignement de la langue amazighe.

Un communiqué des services du Premier ministre a en effet précisé que la réunion présidée par Ahmed Ouyahia  a arrêté une série de mesures, notamment « l’allocation de postes budgétaires supplémentaires pour renforcer  l’enseignement de Tamazight dans le secteur de l’Education nationale et pour élargir la formation et la recherche en Tamazight au niveau des universités ». Dans le même esprit de promotion de la langue amazighe, il a été convenu de la mise en place d’un groupe de travail interministériel auprès des services du Premier ministre pour « s’atteler à la préparation d’un avant-projet de loi portant création de l’Académie de langue amazighe ».

C’est en effet la première décision qui commence à voir le jour après l’annonce du chef de l’Etat d’accélérer la promotion de tamazight. C’est également là une satisfaction d’une des principales revendications des étudiants qui ont récemment manifesté en Kabylie.