La mort, le 29 décembre, d’un jeune migrant clandestin en Espagne fait jaser. Après l’ouverture d’une enquête judiciaire en Algérie, l’avocate espagnole de la famille Bouderbala crie au scandale. Elle accuse la justice espagnole d’avoir bâclé l’affaire en concluant au suicide.

Selon l’AFP qui dit avoir consulté la conclusion de la justice espagnole, le juge écrit notamment que « personne n’est entré dans la cellule de Mohamed Bouderbala, selon les images des caméras de surveillance ». Or, la famille Bouderbala et son avocate sont choqués par la rapidité avec laquelle l’affaire a été classée. « La rapidité avec laquelle le juge d’instruction a décidé de classer l’affaire est pour le moins surprenante », estime l’avocate, Amanda Romero, citée par l’AFP. Selon l’avocate, le tribunal « n’a interrogé aucun témoin, se basant uniquement sur les images des caméras de surveillance, l’autopsie et le rapport de police ». Et même si les preuves concluaient effectivement au suicide, « cela ne signifierait pas forcément qu’il n’y a aucune responsabilité pénale, car nous   parlons d’une personne qui était privée de liberté et sous protection policière».

La critique de l’avocate rejoignent celles des organisations de défense des droits de l’Homme. Ces derniers estiment en effet que le fait d’utiliser la prison d’Archidona est en soi une erreur. « Les étrangers y sont retenus dans des cellules la nuit, alors qu’ils devraient pouvoir se déplacer librement dans le centre, et sont surveillés par des policiers anti-émeute », indiquent-ils.

De son coté, le député de l’émigration, Nouredine Belmeddah, a critiqué la position de l’Ambassadeure d‘Algérie à Madrid qui a accepté que des Algériens soient mis dans cette prison, très critique.

Mohamed Bouderbala, 36 ans et originaire de Mostaganem, a été retrouvé pendu dans la prison d’Archidona, au Sud de l’Espagne, le 29 décembre dernier. Sa famille a été reçue par le ministre des Affaires Etrangères, Abdelkader Messahel. Le ministre de la Justice, lui, a annoncé l’ouverture d’une enquête judiciaire en Algérie.