Algeriepart a pu recouper plusieurs informations traitant d’une enquête interne qu’aurait initié la Direction Générale de la Sureté Nationale à Alger, suite à la marche pacifique organisée par le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) devant les portes de l’hôpital Mustapha Bacha à Alger.

La DGSN à travers cette enquête souhaiterait, selon les mêmes sources, à situer les responsabilités dans les actes de violences contre les manifestants, qui ont émaillé cette manifestation.

Selon certaines autres sources, la police aurait réagi à la présence d’éléments du MAK qui se seraient joints aux manifestants.

Une information qui reste très peu crédible et qui peut pourrait être considérée comme une tentative de dédouanement des forces de l’ordre devant le tollé provoqué par la violente repression subies par nos médecins.

Dans un communiqué du collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA), daté du 03 Janvier 2018 et que nous mettons à votre disposition, les signataires se sont adressés au Premier Ministre, et à celui de la santé ainsi qu’au Président de l’APN et à tous les Directeurs de la Santé publique pour dénoncer les inqualifiables actes dont ils ont été victimes.

Nous rappelons à nos lecteurs que les médecins résidents ont exigé la révision du service civil tel que prévu, ils manifestaient également contre leur affectation d’office dans des régions isolées dans des infrastructure publique pour une durée minimum de deux années sans prise ne compte de la situation familiale, comme ils se plaignent en général des conditions de travail difficiles, moyens de transports inexistants, manque de logements…

Nous reviendrons très vite avec de plus amples sur ce dossier.