Le géant français Total veut séduite à tout prix l’Algérie. L’entreprise pétrolière et gazière française privée, qui fait partie des “supermajors” dans le monde, a fait des propositions alléchantes à l’Etat algérien, a-t-on appris suite à nos investigations. 

Selon nos sources, Patrick Pouyanné, le PDG de Total, a assuré au Ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, qui l’avait reçu le mercredi 13 décembre à Alger, que “nous sommes prêts à investir avec notre argent sur toutes les opportunités économiques” disponibles en Algérie, assurent nos sources. Le premier manager de Total a également confié que son groupe est disposé à débloquer des fonds importants pour développer plusieurs activités liées à la pétrochimie.

Patrick Pouyanné a fait part de sa volonté de se redéployer massivement en Algérie. Preuve en est, un important projet est en train d’être négocié, en ce moment même, avec le groupe Sonatrach. Il s’agit d’une unité de production et de transformation du plastique dont le coût d’investissement avoisine les 3 à 4 milliards de dollars.

Ce futur projet industriel sera implanté à Arzew. Avec cette future usine, l’Algérie ambitionne de ne plus dépendre des importations. Il faut savoir que la facture des importations de l’Algérie en matières plastiques a dépassé 2 milliards de dollars en 2016. Avec ce premier projet, Total veut convaincre l’Algérie de lui ouvrir toutes les portes. Et cela semble être en bonne voie.