A quelques moins d’un an et demi de l’élection présidentielle, les partisans du chef de l’Etat s’activent. Comme lors des derniers scrutins, les comités de soutien s’activent déjà pour « officiellement » réclamer un cinquième mandat présidentiel.

Cela a commencé depuis quelques semaines déjà. Le secrétaire général du FLN, a été le premier à évoquer le sujet avant de l’enterrer suite à la mise au point adressée à l’avocat Farouk Ksentini, qui a dévoilé une rencontre durant laquelle le chef de l’Etat aurait exprimé mon vœu de briguer un cinquième mandat.

Depuis quelques jours, cette tendance s’accélère : des comités de soutien à une cinquième candidature de Abdelaziz Bouteflika sont signalés un peu partout. Le dernier en date est l’appel lancé par le très controversé député de Annaba, Bahaeddine Tliba. Ce dernier a lancé un appel à la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika et veut « fédérer » les comités de soutien qui naissant partout dans une direction nationale.

Le procédé est déjà connu : à quelques mois de l’élection présidentielle, des comités de soutien sont crées un peu partout pour faire croire à une demande « populaire ». Le jour venu, les supporters du chef de l’Etat vont dire que la demande de candidature vient du « peuple ». Une manière de légitimer une candidature qui ne manquera pas de susciter un vif débat à travers toute l’Algérie. Et de nombreuses voix ne manqueront pas de s’élever pour dénoncer un autre mandat du Président Bouteflika.

Il reste maintenant à savoir qui est derrière cette nouvelle effervescence. S’agit-il d’une initiative individuelle ou d’une injonction ? Il est difficile de croire à une « initiative spontanée ».