La journée du 12 janvier, coïncidant avec le premier jour de l’an amazighe, est consacrée journée chômée et payée dès le début de l’année 2018. Yennayer devient ainsi un jour férié en Algérie.

La décision est de Abdelaziz Bouteflika qui l’a annoncé dans le conseil des ministres tenu mercerdi à Alger. Le chef de l’Etat « a enjoint au gouvernement de ne ménager aucun effort pour la généralisation de l’enseignement et de l’usage de tamazight,   conformément à la lettre et à l’esprit de la Constitution. Le président de   la République a également chargé le gouvernement d’accélérer la préparation   du projet de Loi organique portant création d’une Académie algérienne de la   langue amazighe », indique un communiqué de la Présidence de la République.

« Dans le même esprit, et en présentant ses meilleurs vœux au peuple   algérien à la veille de l’année 2018, le Président Abdelaziz Bouteflika a   annoncé sa décision de consacrer Yennayer journée chômée et payée dès le 12   janvier prochain, le gouvernement étant chargé de prendre les dispositions   appropriées à cet effet », ajoute le document.

« Cette mesure comme toutes celles déjà prises au profit de notre identité nationale dans sa triple composante islamique, arabe et amazighe,   confortera l’unité et la stabilité nationales, alors que des défis   multiples internes et régionaux nous interpellent », a souligné le Président Bouteflika.

Pour rappel, la consécration de Yennayer comme une fête nationale, chômée et payée, fait partie depuis des années de plateforme des revendications principales des militants pour la cause berbères. Cette décision intervient  suite à plusieurs jours de protestations et de manifestations dans de  nombreuses localités en Kabylie.