De nombreuses personnalités ont marqué cette année 2017 en Algérie. Mais certaines ont été nettement plus influentes que d’autres. La Rédaction d’Algériepart a sélectionné les 10 personnalités qui, dans leur domaine, ont fait autorité à l’échelle nationale au cour de cette année qui tire à sa fin. Il s’agit de ceux, et de celles,  qui agissent sur la marche de notre pays. Suivez le guide… 

1- Saïd Bouteflika 

Le frère et conseiller du Président de la République, Saïd Bouteflika est certainement le personnage le plus influent du pays. Discret, réservé, il d’en demeure pas moins qu’il est l’un des détenteurs le plus puissants des clés du pouvoir en Algérie. Aucune nomination d’un haut responsable n’est décidée sans son aval. Et aucun projet de loi n’est élaboré sans son implication. Véritable bras de droit d’Abdelaziz Bouteflika, il a été au cours de cette année un incontournable pilier des centres de décision du pays.

2- Réda Kouninef

C’est l’homme d’affaires le plus influent de toute l’Algérie. Il n’y a quasiment aucune photo de lui. Il est d’une discrétion impressionnante. Ami intime de Saïd Bouteflika, il est également son conseiller dans les affaires économiques. Ses amis qui l’ont côtoyé parlent d’un homme très intelligent et très rusé. Avec ses deux autres frères, Karim et Noah, Réda Kouninef a bâti un véritable empire dans les infrastructures hydrauliques et l’agroalimentaire où il va lancer bientôt un importante usine de trituration de graines oléagineuses qui concurrencera le géant Cevital. Durant cette année 2017, ce jeune homme d’affaires âgé d’à peine 40 ans a été très influent en Algérie.

3- Le général-Major Ahmed Gaïd Salah 

Le patron de l’armée algérienne, le chef d’Etat-Major, Ahmed Gaïd Salah est un poids lourd de la scène politique. En 2017, il n’a pas cessé de sillonner toutes les régions du pays y compris pendant le mois d’août pour inspecter ses troupes et discuter avec les chefs des régions militaires. En dépit de son âge avancé, 77 ans, il n’a montré aucun signe de fatigue et il a été incontournable dans les conciliabules pour régler des crises politiques à l’image du feuilleton estival d’Abdelmadjid Tebboune.  

4 – Le général Toufik 

Non, l’ancien patron du DRS n’est pas mort politiquement ! Et son influence demeure intacte sur la vie politique au plus haut sommet du régime. Depuis ses demeures à Club-des-Pins ou à Hydra, il reçoit toujours des personnalités nationales et des hauts gradés des institutions sécuritaires. Au cours de l’année 2017, il a rencontré à plusieurs reprises le président Bouteflika à sa résidence présidentielle de Zéralda. Le général Toufik dispose toujours de ses relais au sein du nouveau DRS et les services occidentaux continuent de solliciter ses analyses et sources.

5 – Tayeb Louh : 

C’est le ministre qui résiste à tous les changements et remaniements ministériels. Il occupe toujours une fonction stratégique au sein du gouvernement et s’assure du contrôle, ou de la gestion de la Justice, un secteur névralgique du pays. Très apprécié par la Présidence, il a été récemment dépêché en Arabie Saoudite pour remettre personnellement la lettre du Président Bouteflika au roi d’Arabie Saoudite. Une mission délicate et cruciale. Et Bouteflika ne choisit pas n’importe qui pour l’exécuter. C’est dire toute l’influence de Tayeb Louh au sein du sérail.

6 – Tayeb Belaiz : 

L’ancien ministre de l’Intérieur est l’un des conseillers les plus écoutés et influents au sein du Palais d’El-Mouradia. L’enfant de Maghnia a été, certes, très discret pendant l’année 2017. Mais loin des projecteurs des caméras des télévisions, ce conseiller a beaucoup pesé dans les dossiers politiques les plus controversés comme le limogeage de Tebboune en août dernier. Son influence est très forte au sein du sérail.

 

7 – Farida Bessa : 

C’est une femme totalement méconnue en Algérie. Seuls les initiés et certains journalistes la connaissent. Elle est, en vérité, la directrice de communication de la Présidence de la République. Elle occupe ce poste depuis plusieurs années. Et personne n’a pu l’éjecter du Palais d’El-Mouradia. Très appréciée par Saïd Bouteflika, elle est régulièrement consultée pour tout ce qui a trait à la gestion des médias publics et des relations publiques de la Présidence.

8 – Farida Belkacem :

Une journaliste de l’ENTV est-elle vraiment influente ? C’est la première question qui va revenir sur vos lèvres. Or, Farida Belkacem n’est pas n’importe quelle journaliste. Au sein de l’ENTV, elle dispose d’une influence incontournable. Et pas qu’à l’ENTV. Farida Belkacem est la femme de Moussa Benhamadi, l’un des poids lourds du FLN et surtout l’un des propriétaires du groupe Condor, l’un des groupes privés les plus riches du pays. La journaliste de l’ENTV est également très écoutée au sein du Palais d’El-Mouradia où elle a régulièrement accès aux proches et intimes du Président Bouteflika. Elle est intervenue dans plusieurs dossiers traités à l’abri des regards indiscrets des médias algériens.

9 – Alexandre Djouhri 

« Monsieur Alexandre » est un lobbyiste puissant et incontournable. L’homme d’affaires franco-algérien flirte avec le régime depuis les années 90 et l’époque du « cardinal » Larbi Belkheir, l’un des généraux les plus puissants de toute l’histoire de l’Algérie contemporaine. Négociateur hors-pair, il est l’homme qui a aidé l’Algérie à conclure des contrats d’armement avec la Russie. Après avoir fui la France où il est recherché par la justice pour son implication dans l’affaire des financements libyens de la campagne de Nicolas Sarkozy, Monsieur Alexandre s’est établi à Alger pour poursuivre ses affaires avec la protection de ses alliés.

10  –  Anes Tina et Dz Joker 

Les deux Youtubeurs ont été parmi les personnages les plus influents en Algérie en 2017. Leurs vidéos ont fait des millions de vues et leurs slogans anti-système ont été repris massivement sur Internet pour devenir le symbole d’une jeunesse qui veut s’imposer et se faire écouter. Ces deux jeunes algériens ont été la révélation de cette année 2017.