Des siècles durant, la culture Amazighe a su résister aux prédations et tentations hégémoniques des cultures dominantes de l’extérieur comme de l’intérieur. Entre un pouvoir qui gagne du temps pour assister à son extinction graduelle et ceux qui en font un registre de commerce sans jamais se soucier réellement à son développement, notre culture a toujours triomphé de ses bourreaux et détracteurs grâce au génie populaire d’un peuple plusieurs fois millénaire.

Malgré toutes les campagnes de diabolisation et d’acculturation engagées par les colonialismes, mais aussi par les pouvoirs successifs depuis l’indépendance à l’encontre de cette culture ancestrale, Tamazight dans toutes ses dimensions demeure et demeurera une cause commune, sans laquelle, la grande famille Algérie ne peut se rassembler et s’unifier pour un destin commun et un avenir meilleur. Dans ce sens, il est important de rappeler à tout un chacun que le combat pour Tamazight est intimement lié aux combats pour le pluralisme, la démocratie, les libertés et les droits humains. Tamazight n’est pas seulement une revendication identitaire et linguistique mais elle est également une revendication politique et démocratique.

Elle ne peut-être promue comme culture de liberté que sous un Etat de droit. La mobilisation en cours, qui touche toutes les régions d’Algérie, pour la mise en œuvre effective de sa reconnaissance constitutionnelle comme langue nationale et officielle démontre une fois de plus l’échec des politiques de bricolage menées par le régime en place. Acteurs de ces actions, qui se voulaient pacifiques et non partisanes, des milliers de jeunes algériens, majoritairement étudiants et lycéens, ont fait une véritable démonstration de force et prouvé, encore une fois, que la jeunesse reste un moteur du changement et à l’avant-garde de toutes les luttes démocratiques et sociales.

Cette extraordinaire mobilisation vient aussi réaffirmer l’existence d’une intelligence collective, à la fois engagée et désintéressée. Le refus catégorique de la loi de finances avec ses répercussions dangereuses sur le quotidien des citoyens, clamé lors des dernières manifestations, atteste clairement que les pouvoirs publics sont en rupture avec la réalité socio-économique du pays. En effet, un pouvoir illégitime issu de coups d’Etats et d’intrigues ne peut refléter la volonté du citoyen algérien et ses aspirations.

 

Nous, signataires de la présente déclaration, appelons l’ensemble des forces vives de la société à rester mobilisées et vigilants afin de déjouer toute tentative visant à rompre le caractère organisé, structuré et pacifique de la contestation. Tout en refusant d’éventuelles récupérations quelques soient leurs natures et objectifs, nous exhortons les acteurs politiques et sociaux, le mouvement associatif et syndical, les artistes, les hommes et les femmes de culture à accompagner cette dynamique citoyenne en marche pour la liberté, la justice sociale et l’égalité républicaine, à capitaliser la mobilisation et à canaliser les énergies le composant. Nous invitons et nous encourageons les parties prenantes du mouvement à travailler en concertation permanente sans exclusion aucune pour faire valoir les revendications légitimes de la population.

Nous réitérons notre plein engagement en faveur de la lutte pacifique et nous privilégions les solutions concertées. La force est dans le peuple et la solution est dans sa détermination et son engagement serein et unitaire.

 

1- Mohammed Idir Yacoub, Architecte 2- Adel Boucherguine, Journaliste 3- Ali Brahimi, Ancien détenu d’Avril 80 4- Nacer Djabi, Sociologue. 5- Nacer Boudiaf, Militant Politique 6- Hamou Didouche, Ancien député 7- Noura Chili, Militante Politique. 8- Dr Mohamed Lahlou, Universitaire. 9- Meziane Meriane, Enseignant /Syndicaliste 10- Khaled Tazaghart, Député 11- Dr Fayçal Adib, Militant Politique. 12- Djamal Ikhloufi, Universitaire. 13- Ali Ait Djoudi, Journaliste Militant 14- Dr Fayrouz Bouamama, Militante Politique 15- Aissa Rahmoune, Avocat / défenseur des droits de l’homme. 16- Youssef Rezzoug, Journaliste 17- Tahar Si Serir, Militant Politique 18- Djamaledine Benchenouf, Journaliste 19- Farida Messaoudi, Militante Politique 20- Mohammed Ouamrane, Universitaire 21- Kader Zerrou, Militant Politique 22- Menssous Rabah, Militant Politique 23- Nourddine Ahmine, Avocat/ défenseur des droits de l’homme 24- Salem Azzouk, Militant pour la démocratie. 25- Rachid Ait Ali Oukassi, Militant 26- Fatima Tegaoua, Enseignante / Militante 27- Nourddine Ait Yehyatene, Architecte/ Militant 28- Yahia Boukelal, Ancien Député 29- Hacene Farhati, Militant Associatif 30- Kaci Rahem, Avocat / défenseur des droits de l’homme 31- Mouloud Yefsah, Enseignant 32- Medjahed Hamid, Artiste / Homme de culture 33- Ourida Bouzara, Militante associative 34- Khaled Ziari, ancien officier supérieur 35- Said Slamani, Chirurgien dentiste 36- Nordine Yahia, Militant 37- Smail Lamrous, Militant politique 38- Cherif Melbouci, Militant pour la démocratie 39- Samir Ghezlaoui, Journaliste/ Universitaire 40- Rabah Brahimi, Cadre d’éducation 41- Ahcene Graichi, Enseignant / militant de la cause Amazigh. 42- Maddi Madani, Cadre fonction publique / militant 43- Lekader Larbi, Militant Politique 44- Taleb Salah Eddine, Cadre de la fonction publique 45- Salah Achili, Militant Politique 46- Belkacem Said Mellikeche, Philosophe / Militant 47- Nabil Nedjadi, Militant politique et associatif 48- Youcef Djaroun , Juriste/Militant 49- Farhat Sadoudi, Avocat/ Militant des droits humains. 50- Boussad Chihaoui, Militant/ Syndicaliste 51- Belkacem Goubrini, Militant / Syndicaliste 52- Dahmane Louni, Militant /Syndicaliste 53- Toufik Galleze, Militant politique 54- Chaffa Zouaoui, Universitaire 55- Mougari Essaid, Militant politique 56- Salah Chaieb, Architecte /Militant associatif 57- Chouali Hamid, Militant Associatif 58- Yacoub Arezki, Etudiant/Militant Associatif 59- Rezki Nebbali, Etudiant Militant associatif 60- Rachid Zerdoudi, Architecte /Militant 61- Idrici Basma, Enseignante/ Militante 62- Abderahmane Nait Ikene, Militant politique 63- Hammad Hamza, Architecte /Etudiant 64- Fateh Hocine, Militant /Syndicaliste 65- Ould Matok Ouali, Militant politique.