Le ministre du commerce, Mohamed Benmeradi, a jeté un nouveau pavé dans la mare. Le ministre du Commerce a indiqué, lors, d’une rencontre avec les responsables locaux de son secteur, que  les importations visent à cacher des transferts de devises.

«Les opérations d’importation, je ne vais pas jeter un pavé dans la marre, de plus en plus sont suspectes. Il y a une problématique. Je n’hésiterais pas à le dire. Nous sommes certains qu’il y a un phénomène de surfacturation. Je ne peux pas vous dire quel est son niveau. Nous y travaillons. Nous travaillons avec les institutions internationales pour essayer de maîtriser l’ampleur de ce phénomène et les moyens de lutter contre mais aujourd’hui très souvent les importations ont servi à faire des transferts beaucoup plus qu’à approvisionner l’économie nationale. Ça je le dit et je l’assume», a indiqué le ministre du Commerce.

Mouhamed Menmeradi, qui veut assainir un secteur déjà très malade, emboîte ainsi le pas à son ancien prédécesseur, feu Bakhti Belaïb qui avait affirmé, en 2016, que « la surfacturation » représentait un « tiers de la facture des importations ». Le ministre avait indiqué dire cela parce qu’il n’avait « rien à perdre ».

Le ministre du Commerce veut ainsi expliquer en partie le maintien, à la hausse, de la facture des importations malgré toutes les mesures prises  pour mettre fin à cela. Les chiffres donnés par les services des douanes indiquent que la baisse des importations n’a été que de 900 millions de dollars. Très loin des objectifs tracés l’an passé. Le gouvernement visait à gagner au moins 5 milliards de dollars. C’est raté !