Le mouvement indépendantiste en Kabylie est en difficulté. Un des fondateurs de l’URK -Union pour une république kabyle, créée par des dissidents du MAK- a été arrêté ce lundi à Ain-El Hammam, annonce ce mouvement dans un communiqué.

Bouaziz Ait-Chebib se trouvait toujours au commissariat en fin de journée. L’homme est surtout connu pour être un ancien président du MAK (Mouvement pour l’autonomie, devenue autodétermination, de la Kabylie). Il a été écarté de cette mouvance par Ferhat Mehenni, le président autoproclamé du GPK (Gouvernement provisoire kabyle), créé en exil.

« Bouaziz Ait Chebib, membre fondateur de l’URK et ancien président du MAK, a été arrêté ce matin par la police de Michelet, en haute Kabylie. Après les appels au meurtre lancés sur les réseaux sociaux contre les fondateurs du nouveau mouvement indépendantiste kabyle, c’est la police politique algérienne qui passe à l’acte en arrêtant la figure populaire que représente Bouaziz Ait Chebib », indique le document. En fin de journée, le militant a été relâché, selon toujours les mêmes sources.

L’URK est le dernier né des mouvements séparatistes kabyles. Il y a d’abord le MAK, devenu indépendantiste, puis le RPK (Rassemblement pour la Kabylie), qui, lui réclame seulement un « statut particulier pour la Kabylie ». Ces mouvements ont été notamment accusés d’avoir voulu attiser le feu lors des dernières manifestations qu’a connues la région ces derniers temps.