« On peut être des citoyens algériens comme les autres et aimer notre pays et le servir comme des citoyens fidèles ». C’est avec ces mots que Mgr Paul Desfarges, archevêque d’Alger, résume le sentiment d’attachement des chrétiens algériens à leur pays natal. 

Pour Mgr Paul Desfarges, les Algériens musulmans ne doivent pas avoir peur des chrétiens catholiques, a-t-il dit au moment où les chrétiens du monde entier s’apprêtent à fêter Noël. « Les chrétiens, je m’engage surtout pour les catholiques, sont de bons citoyens qui aiment leur pays. Notre pays, l’Algérie, continue aussi de faire son chemin vers plus de pluralité, même dans la manière de pratiquer l’islam, d’ailleurs. Il faut qu’on accepte cette liberté intérieure », a souligné l’archevêque d’Alger dans un entretien accordé au magazine français Le Point.  « Le respect de la liberté intérieure de chacun aide à l’unité de tous. Mais je sais que cela fait encore peur parfois », ajoute encore le dignitaire religieux en reconnaissant au passage que les missionnaires religieux rencontrent beaucoup de difficultés pour obtenir le visa algérien.

« Au lieu d’un mois par exemple, la demande de visa pour un père ou une sœur met six, huit mois et parfois plus. On ne comprend pas bien les raisons », déplore l’archevêque d’Alger en signalent enfin que les chrétiens en Algérie forment « une communauté très internationale ». « Les autorités vont s’habituer à cela, je pense », espère-t-il en dernier lieu.