La liste est longue, très longue ! A partir du 1er janvier 2018, les Algériens n’auront plus le droit d’importer de nombreux produits de l’étranger. Des viandes, des fruits secs, frais, des fromages, des pâtes alimentaires, les meubles, des appareils électroménagers et même des… téléphones mobiles.  

La liste annoncée publiquement par Mohamed Benmeradi, ministre du Commerce, est tout simplement impressionnante. Un grand nombre de produits très consommés par les Algériens seront interdits d’importation. Et certains de ses produits ne sont pas réellement fortement disponibles ou produits dans notre pays. “Nous pensons qu’il n’y aura pas de tensions sur le marché”,  a tenté de rassurer le ministre du Commerce dont les paroles ne semblent nullement convaincre les plus réticents des Algériens. Quoi qu’il en soit, ces interdictions confirme la panique des autorités algériennes face aux dégâts de la crise financière. Il n’est pas certain que ces mesures puissent permettre à notre pays de s’en sortir. Ces interdictions risquent de relever davantage du populisme rampant que du bon sens du management.