Ahmed Ouyahia signe et persiste : les fromages, les olives et 998 autres produits ne seront plus importés en Algérie à partir de 2018. “L’Algérien doit accepter de ne pas consommer du fromage étranger et des olives importés alors que son pays dispose de ses produits depuis des millénaires”, a-t-il justifié samedi en marge de la réunion de la Tripartite consacrée à la signature de la Charte sur le partenariat public-privé.

“A chaque fois que nous sommes informés que des produits locaux peuvent couvrir les besoins du marché, nous annoncerons de nouvelles interdictions”, a-t-il encore expliqué en faisant savoir que nos réserves de change et nos devises ne suffisent plus pour se permettre le luxe d’importer ces produits depuis l’étranger.

“L’Occident qui a 3 siècles de révolution industrielle n’a pas résisté à la Chine. Comment voulez–vous que nos jeunes entreprises puissent résister à la concurrence chinoise ?”, s’est-il interrogé devant les caméras des télévisions pour signifier que ces mesures d’interdiction relèvent du protectionnisme économique nécessaire et indispensable pour la préservation de l’économie nationale.