Selon les chiffres de l’Office national des statistiques (ONS), c’est en pleine crise, en pleine période marquée par la fermeture des entreprises du bâtiment des Travaux publics que le taux de chômage a diminué. Ce taux, qui était de 12,3% en avril dernier est descendu à 11,4% en septembre.

Dans le détail, les chiffres de l’ONS, repris par l’APS, le taux de chômage a atteint 9,4% auprès des hommes et 20,7% chez les femmes, tandis que des disparités significatives sont observées selon l’âge, le niveau d’instruction et le diplôme obtenu.

Le taux de chômage des jeunes de 16-24 ans a atteint 28,3% contre 29,7% en avril 2017, en recul de 1,4 point. Par ailleurs, la répartition des chômeurs selon le diplôme obtenu fait ressortir que 692.000 chômeurs n’ont aucun diplôme, soit près de la moitié de l’ensemble de la population en chômage (48%). Les diplômés de la formation professionnelle en constituent 26,2%, alors que les diplômés de l’enseignement supérieur en forment 25,8%.

En moyenne, six (6) chômeurs sur dix (10) sont des chômeurs de longue durée, soit 60% cherchant un poste d’emploi depuis une année ou plus. Les chômeurs sont toutes les personnes âgées de 16 à 59 ans, sans travail et qui ont déclaré être disponibles pour travailler et ont entrepris des démarches, sur la période considérée, en vue de trouver un emploi. Cependant, il est constaté que sur une année, le taux de chômage a augmenté puisqu’il était à 10,5% en septembre 2016.  En septembre 2017, le nombre de la population active a atteint 12,298 millions de personnes (contre 12,277 millions de personnes en avril dernier  et 12,117 millions en septembre 2016).

Ces chiffres de l’ONS, donnés régulièrement, sont difficiles à vérifier. Mais seule les données de l’AEM –agence nationale de l’Emploi), permettent de justifier cela en partie. L’institution que préside Mohamed-Tahar Chalal a indiqué avoir placé plus de 350 000 chômeurs depuis le début de l’année. Le gros des emplois provient de l’Industrie et des services. Deux secteurs qui apparemment ne sont pas impactés par la crise.