Algériepart a appris ce lundi que les anciens distributeurs de l’opérateur Djezzy, (BM Phone, Direct, Mobione, Novaphone et Proserv), auraient constitué des avocats tant en Algérie qu’à l’Etranger pour engager une action en justice groupée dans l’objectif de se défendre contre la résiliation de leurs contrats.

Ces opérateurs qui ont fait les beaux jours de Djezzy pendant plus de 15 années, et qui ont pour ce faire consenti d’énormes investissements en moyens humains et matériels, se sont vus au début de l’été 2017, signifier leur éviction et la résiliation  brutale et unilatérale de leurs contrats.

Il faut rappeler que ces distributeurs ont été contractuellement maintenus dans une situation d’exclusivité à l’égard de Djezzy, avec interdiction de détenir directement ou indirectement des intérêts dans toute entité en relation avec les autres opérateurs de téléphonie mobile.

Cette situation de dépendance à un fournisseur unique (Djezzy), a aujourd’hui des conséquences dramatiques pour ces distributeurs qui se retrouvent du jour au lendemain devant une impasse ,étant appelés inévitablement à disparaître avec à la clé, la mise au chômage de centaines de collaborateurs.

Les anciens distributeurs regroupés, dont certains détiendraient des actions de Global Télécom Holding( GTH) et de VEON, entendent à travers ces actions défendre leurs intérêts devant les juridictions compétentes Algériennes, Égyptiennes et des Pays Bas et dans le même temps, dénoncer des pratiques commerciales peu orthodoxes qui ont conduit à l’affaiblissement prémédité de certains distributeurs par rapport à d’autres ; ces pratiques ainsi que d’autres ayant pu impacter les résultats de Djezzy, et par voie de conséquence les intérêts des actionnaires  (FNI, Global Telecom Holding, et de VEON).